LA BIORÉSONANCE DURANT LES TRAITEMENTS DE CANCER

May 11, 2017

 

 

Je voulais vous parler du rôle de l’alimentation et de la biorésonance dans le traitement du cancer. Ce sont des sujets que je connais bien et où selon mon expérience personnelle (voir mon parcours), la clé de la guérison se situe dans un équilibre entre les approches médicales, une alimentation consciente et les thérapies naturelles, comme la biorésonance.

 

La combinaison de ces approches complémentaires permet de soutenir les traitements et d’adopter une attitude proactive dans sa guérison. Les personnes qui profitent d’une approche intégrée ont une meilleure chance de guérison.

 

La biorésonance comme thérapie de soutien
La Biorésonance ne traite pas le cancer, mais peut aider à mieux tolérer les traitements de chimiothérapie. La biorésonance permet d’avoir une meilleure qualité de vie durant ces traitements tout en améliorant les chances de rémissions.

En effet, en agissant directement au niveau de l’information dans les cellules, la biorésonance soutient les mécanismes naturels de guérison du corps.

Les traitement de biorésonance permettent de :

  • Réduire les effets indésirables des traitements de chimiothérapies et radiothérapies

  • Aider à ralentir la multiplication des cellules malades

  • Soutenir le système immunitaire

  • Aider à éliminer les toxines.

 

Notre alimentation influence notre santé

Ce que l’on mange est responsable de 30 à 40% des cancers. En effet, les causes qui favorisent le cancer sont entre autres les fongicides et les pesticides. La présence de toute chimie dans l’alimentation sollicite à outrance les organes chargés de leurs éliminations, notamment le foie. En sachant qu’un adulte absorbe environs 5 à 7 grammes d’additifs par jour, on peut imaginer la surcharge de travail que cela génère à notre foie.

Afin d’augmenter la production des élevages d’animaux, beaucoup d’hormones et d’antibiotiques sont administrés au bétail. Les animaux se « débarrassent » de ces hormones et antibiotiques comme ils le peuvent et notamment à travers leur lait !

Dans le lait, on retrouve la somatotropine bovine recombinante qui est un puissant activateur de la division cellulaire (effet tout à fait indésirable lorsqu’on est atteint d’un cancer…)

Une autre source de division cellulaire provient des aliments difficiles à digérer ou consommés en trop grande quantité. La digestion se fait moins bien et il y a augmentation de la masse des résidus d’alimentation, ce qui accroît la production de toxines intestinales.

En considérant l’alimentation comme un facteur influençant notre santé, il devient important de prendre quelques mesures pour proactivement aider notre corps à retrouver la santé, comme :

  • Eviter la frugalité alimentaire pour ne pas surcharger le fonctionnement des organes et ne pas accélérer la division cellulaire

  • Réduire la quantité de protéines (animales) pour ne pas affaiblir les reins, de glucides (sucres) pour le pancréas et de lipides (graisses) pour le foie

  • Manger des repas variés et équilibrés

Frugalité, équilibre et digestibilité sont des clés de la prévention.

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

BIORÉSONANCE ET ACOUPHÈNES

October 11, 2019

1/10
Please reload

Posts Récents

February 6, 2019

Please reload

Archives