TRAITEMENT PRÉVENTIF DE LA CYSTITE EN BIORÉSONANCE.



Qui ne connaît pas cette inflammation douloureuse de la vessie qu’est la cystite ? Contrairement à ce qui est souvent dit, la cystite ne touche absolument pas que les femmes bien que majoritaires, mais également les hommes. Ce déséquilibre de l’organisme peut être d’ordre acido-basique, même si il est fréquemment du à un passage endogène depuis les voies digestives vers les voies urinaires par l’apparition de bactéries comme Escherichia coli, qui s’accrochent sur la paroi vésicale.

Une cystite peut être accompagnée d’une inflammation du canal entre la vessie et le méat urinaire (urètre). Dans leur périple spontané, ces mêmes bactéries peuvent attaquer les reins et provoquer une pyélonéphrite obstructive ou non, et dont les conséquences peuvent être graves : douleurs et fièvres, brûlures urinaires, rétention d’urine purulente, ablation du rein et septicémie mortelle.

Autre information importante, les cystites peuvent être concomitantes à divers problèmes chroniques comme la constipation, car la rétention des selles entraîne une compression de la zone enflammée ainsi que des récidives de cystites. Dans le cas de récidives, il est essentiel d’envisager une détoxification des émonctoires (foie, reins, intestin, vessie) soutenue par une alimentation ciblée riche en fibres et en levure de bière pour rééquilibrer la flore intestinale.

Formée à partir de la filtration du sang par les reins, l’urine est naturellement acide et constituée d’eau à 95 %, de minéraux et de résidus provenant du métabolisme des protéines comme par exemple l’acide urique. Le stress, le manque d’exercice, une alimentation trop riche et acidifiante, une mauvaise hydratation, une constipation ou des vêtements trop serrés sont autant de facteurs qui peuvent rapidement générer une cystite.


La biorésonance prévient efficacement l’apparition de cystite de plusieurs manières. Grâce à ses mesures très précises, le scan du bilan énergétique permet de révéler différents fondamentaux : la présence d’un déséquilibre acido-basique de l’organisme favorable à un terrain propice aux mycoses ou aux viroses, la localisation et la nature des problèmes à traiter, et en cas de douleurs, si il s’agit effectivement bien d’une cystite et non pas d’une inflammation d’un nerf crural ou sciatique qui provoquent également l’envie d’uriner malgré l’absence totale de germes.

N’attendez pas l’arrivée d’une inflammation douloureuse avec le changement de saison en réservant une séance de biorésonance préventive pour écarter tout risque ultérieur de cystite.

Aniko Dénériaz-Erdei

Tel. 079 293 70 00

www.anikodeneriaz.ch

Posts à l'affiche