COMMENT SAVOIR SI MON ENFANT EST ALLERGIQUE AUX POLLENS ?



L’allergie aux pollens se manifeste de différentes façons chez l’enfant. Le plus souvent, les tout-petits souffrent de rhinite allergique. Ils ont le nez bouché et des écoulements incolores. Cette rhinite peut s’accompagner d’une conjonctivite allergique qui se manifeste par des yeux rouges qui démangent.

Le comportement de l’enfant peut aussi changer. Les plus jeunes peuvent être très grognons à cause des allergies. Les plus âgés sont fatigués et souffrent de troubles de la concentration, ce qui peut nuire à leur scolarité.

En règle générale on retrouve les symptômes du nez qui coule, des éternuements, une sensation de picotement à la gorge, une congestion nasale, une présence de conjonctivite qui provoque un larmoiement avec des rougeurs et des démangeaisons aux yeux et aussi une toux. Parfois des crises sévères deviennent asthmatiformes et peuvent être accompagnées de diarrhées et de vomissements.

Maintenant tous ces symptômes à eux seuls ne sont que de simples indicateurs et donc absolument pas suffisants pour déterminer de manière formelle si votre enfant est allergique ou non aux pollens.

En réalité, les signes et les symptômes du déclenchement d’une réaction allergique sont assez nombreux. Ils peuvent aller de simples écoulements nasaux jusqu'à des chocs anaphylactiques (réactions violentes potentiellement fatales).

Il faut donc d’abord procéder à un dépistage allergologique par biorésonance afin d’identifier la ou les allergies et leurs causes probables. Car en dehors des pollens, une autre allergie, par exemple alimentaire, peut venir se cacher et multiplier les symptômes.

La fiabilité de la biorésonance en matière de dépistage d’allergènes variés est reconnue depuis des décennies. Ces allergènes se fixent sur certaines de nos cellules lors d’une première exposition. Lors d’une nouvelle exposition l'organisme reconnaît ces allergènes et se met à produire massivement des anticorps particuliers appelés immunoglobulines E (IgE).

Cela entraîne la libération de médiateurs comme l’histamine qui provoque une réaction inflammatoire et les symptômes évoqués précédemment qui apparaissent en seulement quelques minutes, le plus souvent (moins de deux heures), d'où le nom d'allergie immédiate : c'est la réaction allergique.

Plus l’enfant ou la personne allergique va être exposée, plus elle fabriquera d’anticorps et plus elle réagira vite et violemment à des quantités de plus en plus faibles d’allergènes. C’est ce qui explique, par exemple, qu’une personne ayant une rhinite pollinique non traitée voit, au fil des années, ses crises d’éternuements débuter de plus en plus tôt dans la saison, avec progressivement l’apparition d’un essoufflement, parfois d’une toux ou de sifflements bronchiques témoins de l’apparition d’un asthme lié à l’aggravation de sa maladie allergique. Le patient devient alors hypersensible, «hyper-réactif ».



Bien que l’immunothérapie ait fait ses preuves depuis longtemps pour traiter certaines allergies, son utilisation demeure restreinte et n’est pas non plus sans risques. À l'inverse, la biorésonance est indolore et ne présente aucun risque d’effet secondaire et n’utilise aucun médicament.


La thérapie des allergies par biorésonance identifie très rapidement l'allergène responsable et permet un traitement parfaitement adapté à la personne. Allergies, intolérances, asthme, eczémas et réactions cutanées peuvent ainsi être stoppées efficacement en seulement quelques séances.

Pour toute question relative à une séance de dépistage d’allergie par biorésonance, n’hésitez pas à me contacter directement au 079 293 70 00 ou bien à prendre rendez-vous en ligne en cliquant ici.


Aniko Dénériaz

Thérapeute en biorésonance

www.anikodeneriaz.ch

Posts à l'affiche
Posts Récents
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square